LA CHARGE MENTALE

“Entre ma femme et moi le partage des tâches ménagères est équitable, c’est moi qui les fait, c’est elle qui les nettoie.”

Philippe Geluck (leparisien.fr)

Bonjour mes p’tits choux,

Je vous propose un article sur la charge mentale. Mais de quoi parle-t-on ?

Définition

La charge mentale – il s’agit des charges quotidiennes (familiales, ménagères, professionnelle…) que nous nous imposons. C’est l’obligation de penser à tous, d’anticiper de planifier et prévoir pour satisfaire le foyer (parents et enfants). Ce n’est pas tout faire, mais c’est penser à tout, tout le temps. C’est un travail de gestion et d’organisation.

C’est une surcharge invisible. Un télescopage de ce que l’on doit prévoir dans différents domaines. C’est une véritable souffrance au quotidien. Trop de charges mentales provoquent un épuisement physique et psychique.

Quelques chiffres

Les deux sexes sont concernés, même s’il s’agit d’une majorité de femmes, étant donné qu’elles sont encore majoritairement en charge de la vie domestique, selon plusieurs études :

8 femmes sur 10, se disent concernées par la charge mentale.

Les femmes gèrent encore 71 % des tâches ménagères et 65 % des tâches parentales.

Un sujet de tension pour 61 % des couples

Dans le cas d’une famille monoparentale (homme ou femme), les deux sexes sont concernés.

Les causes

Le perfectionnisme des femmes en matière de ménage est plus éducatif, c’est un héritage sociétal, même si les choses évoluent.

En matière de gestion du temps, la vision n’est pas la même entre les hommes et les femmes.

C’est un mal insidieux. Les symptômes commencent par :

  • Une fatigue chronique
  • Une irritabilité
  • Des douleurs (le corps s’exprime et somatise la souffrance psychique.)

Le cerveau ne s’arrête jamais de penser.

On peut se mettre la pression, vouloir être parfaite. Il faut arrêter de vouloir faire parfaitement les choses et s’imposer des challenges inutiles. Il faut que vous arrêtiez de vous tyranniser dans la gestion de votre temps. C’est le début du lâcher-prise.

Les solutions

Il faut hiérarchiser les obligations et faire tranquillement dans l’ordre d’importance. S’établir une liste inverse. Non pas une liste de ce que l’on doit faire, mais à la fin de la journée : qu’a-t-on fait ?. Puis souligner ce qui a réellement de l’importance, aujourd’hui, demain, l’année-prochaine. Réfléchir en se posant la question suivante (d’après notre liste de tâches) : si je n’avais pas fait le lit du petit, que se serait-il passé ? etc… Apprendre à se féliciter pour toutes les tâches accomplies et se récompenser. Apprenez à être égoïste.

Se déculpabiliser. Apprendre à dire aux autres : j’ai besoin de… de l’aide, de me reposer… Et surtout savoir remercier. Si vous remerciez, à force les autres le feront pour vous et cela allégera l’ambiance.

Anticiper au maximum, ce qui est fait n’est plus à faire.

Ne pas hésiter à demander de l’aide autour de soi, à sa famille ou à ses amis.

Et le point le plus important, prendre du temps pour soi. Se rendre heureux et savoir être indulgent avec soi-même. Apprendre à se déconnecter.

Pour les générations futures, il faudrait éduquer les enfants, de manière à ce que la charge d’organisation soit bien divisée dans les couples.

Comment changer les habitudes de chacun

Apprendre à dialoguer dans le couple.

Ne pas hésiter à demander de l’aide de manière calme et pondérer. Savoir refuser les charges supplémentaires, et ainsi apprendre à dire non, sans agressivité. Expliquer les choses et apprendre à trouver ensemble des solutions. Il peut arriver que le conjoint ignore la charge mentale que vous subissez. Le simple fait d’expliquer et de décrire une journée type, peut-être le moteur déclencheur pour l’autre et lui ouvrir les yeux, sans non plus le diaboliser…

Se répartir les tâches et s’y tenir.

Apprendre à faire confiance à son conjoint. Et tant pis s’ il ne fait pas comme vous !…

Inclure également les enfants en les responsabilisant. Après tout, ils ne sont pas si bêtes !. Les valoriser et les remercier…

J’espère que cet article vous a plus, vous pouvez maintenant cliquer et donc partager sur Facebook et Twitter, c’est gratuit et d’autres personnes peuvent être intéressées…. A bientôt…

“Je suis pour le partage des tâches ménagères. A la maison, par exemple, c’est moi qui passe l’aspirateur… à ma femme.”

Philippe Geluck (leparisien.fr)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 Partages
Partagez3
Tweetez