google-site-verification: google8a0a15ba6db4cc7f.html

« LES JEUX VIDEOS ET LES ENFANTS … »

“Dans leur vaste majorité, les jeux vidéo n’autorisent qu’un seul échange social, le tir à vue.”

Dave Barry (leparisien.fr

Bonjour mes p’tits choux,

Aujourd’hui, nous allons parlés d’un sujet délicat, les jeux vidéos et les enfants

Humour.com
Pixabay

De quoi parle t’on ?

Lorsque nous avons des enfants, le problème se pose de l’utilisation quantitative et qualitative des jeux vidéo et plus particulièrement des écrans en général.

Depositphotos

L’utilisation qualitatif

Vous êtes responsables de l’usage qu’ils en font. La qualité du visionnage doit être surveillée. Pour tout les écrans, vous devez vérifiez que ce qu’ils regardent correspond bien à leurs âges. Les images choquantes, vulgaires, dégradantes sont à bannir. N’oubliez pas qu’ils sont en pleine phase de construction. Vous devez savoir ce qu’ils regardent. Lorsqu’ils s’intéressent avec excès, et prioritairement à des images de violences, il faut commencer à se poser les bonnes questions.

Pinterest

Que faire ?

Quel que soit l’âge, c’est vous qui décidez. Réduisez progressivement le temps passé sur les écrans, comme pour un sevrage. Proposez-leur d’autres activités à faire ensemble. Entrecoupez le temps passé dans la journée. Montrez-leur l’intérêt de faire autre chose. Discutez beaucoup, mais ne soyez surtout pas dans le reproche. Petite astuce : pensée à ranger les manettes, télécommandes, chargeurs, dans les tiroirs. Une fois « cachés », cela attire moins l’œil. Faites des paris de journées sans écran, récompensée par une sortie qu’il aime. Çà marche. C’est le moment de leur apprendre à bricoler, jardiner, faire à manger. N’hésitez pas à programmer sur votre box les horaires d’autorisation parental. Coupez à une certaine heure la wi-fi. A partir d’une heure décidée en commun le soir, ils doivent vous déposer les portables, ordi, tablettes. Vous verrez qu’au fil du temps ils prendront l’habitude et surtout ils passeront plus de temps avec vous, et leurs copains. Et surtout le dialogue familial s’intensifiera.

Quand à la qualité, prenez le temps de voir et comprendre à quoi il joue. Pourquoi pas à faire une partie avec lui ?.  Si vous estimez que cela ne correspond pas à son âge ou que le contenu ne convient pas, discutez avec lui, mais jamais dans l’agressivité. Prouvez que vous avez raison et qu’il doit vous faire confiance. Proposez d’autres jeux. Accompagnez le l’ores des achats ultérieurs. C’est vous le parent et lui l’enfant. Vous êtes a-même de savoir ce qui est bon pour lui.

Depositphotos

Et en cas d’addiction?

Il peut parfois et rarement (heureusement) que l’adolescent éprouve une véritable addiction aux écrans. On rentre dans une spirale de dépendance. Son univers se rétrécie et seul l’univers des jeux devient sa vie. Il se retrouve bien souvent en conflit avec sa propre famille. L’espace ludique va envahir les domaines de la vie (école, environnement affectif et familial). De plus en plus de services d’addictologie, traite ce genre de pathologie. Plusieurs thérapies peuvent être proposées. L’environnement familial est également concerné. Parlez-en à votre médecin traitant. Il sera vous conseillé et vous diriger.

Ambiance-stiker

Conclusion

Comme tout, l’utilisation des écrans est une bonne chose à faible dose. Elle augmente les capacités cognitives, la coordination entre l’œil et la main, des capacités d’attention et de concentration. A l’inverse, avec excès, l’abus peut entraîner des problèmes de concentration, d’attention, et même de fatigue de l’œil. Dans les pires cas, elle entraîne un isolement social, une agressivité, une addiction de plus en plus forte.

N’oubliez- pas, chez vous, c’est vous qui êtes aux commandes….

Canalblog.com

Demain, j’aborderai le sujet des devoirs scolaires.

« LES DEVOIRS ET LES ENFANTS … »

Alors n’hésitez pas à me mettre des avis, et surtout des idées de rubriques. Je me ferais un plaisir d’en parler.

By by mes p’tits choux et à demain pour une tranche de vie, une tranche de rire.

“ Maintenant Nous sommes tous connectés par Internet, comme des neurones dans un cerveau géant.”

Stephen Hawking

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 Partages
Partagez16
Tweetez